Your address will show here +12 34 56 78
work

Breaking News / 2016

Installation vidéo, 400 x 400 x 500 cm. 127 télévisions cathodiques, lecteurs DVD, bois. Les Rencontres d'Arles 2016
« Il s’agit d’une pièce exigüe, étouffante, au son sifflant bourdonnant de plusieurs dizaines de télévisions qui fonctionnent en même temps. On la voit de loin cette pièce, elle est comme transparente. Les télévisions dont je vous parle, forment ses façades, ses cloisons. On y entend des dizaine là aussi de langues étrangères différentes. Mais partout sur tous les écrans, il y a cette même image. Celle que nous n’aurions pu rater sous aucun prétexte. Celle de ces deux tours percutées en plein flanc et qui finissent par s’effondrer. Des images qui finissent par ne former qu’un petit carré en haut à droite de l’écran pour laisser place à un plateau télévisé, médusé, sidéré, balbutiant ou parfois excité. On se retrouve debout face à 4 murs d’images insensées et ces mots qui parlent trop, comme pour couvrir le bruit silencieux de l’effroi. Cela a beau faire 15 ans, ces images là ont beau faire hélas partie de nous. Entrer dans cette pièce c’est accepter d’être à nouveau désarmé par la folie du monde. C’est se laisser une fois encore abandonner à l’incompréhension. Accepter l’incompréhension. Peut-être là aussi pour pouvoir avancer. En sortir de cette pièce et prendre à nouveau le recul nécessaire face aux événements. C’est une œuvre qui cache bien son jeu, puisqu’il faut s’inscrire dedans pour véritablement la ressentir jusque dans sa chaire. »
Emilie Chaudet, France Culture, le 12 septembre 2016

Video installation, 400 x 400 x 500 cm. 127 cathode ray televisions, DVD players, wood. Les Rencontres d'Arles 2016
«It's a stuffy room, cramped with the whistling sound humming from dozens of televisions playing at the same time. This room can be seen from afar, it looks like transparent. The televisions form its facades, its interior and exterior walls. We also hear dozens of different foreign languages. But everywhere on every screen, it’s this same image. The one we could not have missed under any circumstances, the one of these two towers hit in the flank and which collapsed. Images that end up forming a small square at the top right of the screen to give way to a Tv studios where journalists are dumbfounded, stammering or sometimes excited. We find ourselves standing in front of 4 walls of insane images and these words that speak too much, as if to cover the silent noise of dread. It may have been 15 years, these images may unfortunately be part of us. Entering this room is accepting to be once again disarmed by the madness of the world. It is once again allowing oneself to be abandoned to misunderstanding. Accept the misunderstanding, maybe it’s to be able to move forward. Leave this room and once again take the necessary distance in the face of events. It is an art work that hides its game well, since you have to be part of it to truly feel it right down in your flesh.»

Emilie Chaudet, France Culture radio channel, 12 September 2016