Your address will show here +12 34 56 78
work

Quand on avale il se produit un grand tumulte

Tirages lambda, 18x24cm. La série comportera entre 250 et 300 images / Work in progress Le projet est soutenu par le Centre Photographique Marseille, Résidence Pitheas (DRAC Paca, Ministère de la culture)

Dans un temps où je ne peux échapper impuissant au spectacle d’une société qui se fragmente, où la Terre souffre, où la sensation que la frontière entre le réel et la fiction se réduit, la cupidité et l’absurdité de notre monde contemporain me renvoient inexorablement au paradoxe entre la futilité de notre propre existence et sa puissance mystique. Parfois ces pensées s’imposent : la sensation que tout ce qui me semble extrêmement fiable et tangible n’est que leurre. Il n’y a plus rien : ni mes fils, ni ces mots, ni le jour ou la nuit, ni les galaxies. Alors pour résister je numérise mon monde comme je numérise mon passé. Dans une vaste constellation d’images je dresse une cartographie visuelle intérieure naviguant entre l’organique, les artéfacts, les datas, les sciences, l’Histoire et ses mythes. Je fabrique un large corpus d’images où leurs représentations convoquent notre mémoire individuelle (images intérieures) pour interroger la mémoire collective (images extérieures) afin qu’un jour mes descendants devant elles éprouvent le passé et à leur tour s’interrogent : il y a-t-il une preuve sensible de l’existence de ce que nous nommons la vie ?
Michel Siffre, explorateur et scientifique français, dans le livre qui conte son expérience seul et isolé dans une grotte pendant soixante jours raconte : « Une peur incontrôlable m’assaillait, héritée des tréfonds de l’âme humaine. » La nature humaine semble contrarier l’expérience du temps.